Page d'accueil:Mémorial mondarji>Nouvelles

Ville rouge en France

 Source:    Auteur:    Temps:2021-05-06 10:45:24 
15 ramontelli Street
De la résidence au Musée : un temps perdu de l’amitié sino-française
La petite ville de Montargis, à environ 100 kilomètres au sud de Paris, retrace la venue d’un grand nombre d’ouvrier-étudiants chinois. Le 15 rue Raymond Tellier est un bâtiment de trois étages d’une superficie de plus 200 mètres carrés. L’ancienne résidence où ont séjourné des futurs grands noms dans l’histoire chinoise, notamment Cai Hesen, Xiang Jingyu, Deng Xiaoping, Li Weihan et Li Fuchun, est transformée en musée d’une richesse historique, soutenu par le gouvernement de la province du Hunan.
Où des grandes révolutionnaires ont travaillé et étudié
Le 12 juin, Du Jiahao, gouverneur de la province du Hunan, a publié un article «Une découverte inattendue : commémorer le 95e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois». L'article mentionne qu'en novembre 2014, à l'invitation de M. Bonneau, président de la Région Centre-Val de Loire, gouverneur Du a conduit une délégation en France pour poursuivre des communications et des échanges. Un mémorandum de coopération a été signé avec la Région Centre-Val de Loire, et un cadre du partenariat de coopération éducative a été signé avec l’académie Orléans-Tours.
Malgré que Du était chargé de promouvoir les communications et les coopérations entre Hunan et la France, son expérience à Montargis et l’histoire que des grandes révolutionnaires y ont travaillé et étudier il y a un siècle lui a laissé une impression profondes.
Gouverneur Du décrit Montargis dans son article : « Comme cette ville est belle! Les rues sont propres. Le style du siècle dernier est totalement préservé dans le cadre de la construction. Tout est pittoresque. La ville et connu sous le nom « Venise en France », puisque une petite rivière elle en traverse. La cité est ombragé avec pleine d’arbres de centaine années… »
Wang Peiwen, présidente de l’Association Amitié Chine-Montargis, s’engageait depuis des années dans le recherche sur l’histoire du Mouvement Travail-Études. Elle a présenté, au 15 rue Raymond Tellier, à la délégation de vieilles photos des ouvrier-étudiants prises à Montargis, ainsi que le formulaire d'inscription rempli par Li Weihan et d'autres quand ils sont arrivés. « Tout le monde ont regardé et discuté, comme si nous retournions au temps passé. »
Cette visite donne à la délégation une intention de tourner la vielle maison en musée pour mémoriser le Mouvement Travail-Études.
Une nouvelle fenêtre des échanges sino-français
De cette façon, un petit bâtiment avec une histoire de plus de 300 ans a commencé sa nouvelle vie à Montargis. Le Musée historique de l’amitié franco-chinoise – épopée des étudiants-ouvriers chinois en France a été officiellement inauguré.
Ouyang Song, membres du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale, président de l’Association d’études sur l’histoire du Parti communiste chinois, président de l'Association de recherche sur les figures historiques du Parti communiste chinois et ancien directeur du Bureau de recherche sur l'histoire du Comité central du Parti communiste chinois, Li Yingnan et d'autres membres de la famille des prédécesseurs ont participé à l’inauguration du musée comme des invités spéciaux. Dans le discours du Président Bonneau, il a particulièrement remercié Gouverneur Du Jiahao pour cette nouvelle « fenêtre » des échanges entre deux pays.
Désormais, Le Musée historique de l’amitié franco-chinoise est officiellement ouvert au public gratuitement. Grâce à ce musée, les ventes immobilières ont commencé à prospérer. Certains chinois envisagent d'ouvrir des restaurants chinois dans la ville et certains artistes locaux y ont déjà acheté des maisons pour organiser des expositions d'art. Le gouvernement municipal de Montargis prévoit d’exploiter plus d’endroits pour reproduire cette histoire splendide sino-française et attirer plus de touristes.

Sponsored by www.montargisvr.com. Copyright © 2000-2021 www.montargisvr.com.com All Rights Reserved.